Ce qu’il faut savoir pour exporter aux États-Unis

En lisant un document du ministère des Finances et Économie du Québec, j’ai été surpris d’apprendre que les exportations du Québec stagnent depuis aussi longtemps que 2000, en valeur et en volume. Le fait marquant aura été le recul majeur du Québec sur le marché américain au cours de la dernière décennie, en raison de la détérioration de son positionnement concurrentiel.

Toutefois, bien qu’elle soit timide, la reprise économique semble marquer des points chez nos voisins du Sud. Selon la financière Merrill Lynch, l’économie américaine devrait connaître une reprise plus forte en 2014. Un signal que devraient prendre très au sérieux nos entrepreneurs d’ici pour être fin prêt au moment du départ.

La question est maintenant de savoir : voulez-vous réellement vous attaquer au marché américain, et si oui, avez-vous les outils nécessaires pour mener à terme vos projets?

Écotech Québec, un organisme visant à promouvoir le Québec comme pôle d’excellence des technologies propres, organise les 2 et 3 octobre prochains des séances d’information sur les démarches à suivre pour exporter aux États-Unis.

Thèmes

Le 2 octobre, cinq thèmes seront abordés. Il s’agit du Buy American Act, du système fiscal, de la structure corporative, des relations de travail et du permis de travail.

Le lendemain, 3 octobre, des donneurs d’ordre en technologies propres, des investisseurs, des centres de R & D, des universités et des partenaires stratégiques du milieu seront au rendez-vous pour accueillir les entrepreneurs.

Parmi les donneurs d’ordre, mentionnons la présence de Nova Bus, Bell, Seneca County – le plus gros site d’enfouissement de l’état de New York – et TE Greenginers/Time Equities.

Chez les chercheurs, il y aura la Polytechnique de Montréal, Optech, le Centre des technologies du gaz naturel, le Centre d’études des procédés chimiques du Québec, le Centre de transfert technologique en écologie industrielle et l’École de technologie supérieure (ÉTS).

Quant aux investisseurs qui ont signalé leur présence, notons Fondaction, Tandem, MaRs, Enertech Capital, Rho Ventures et Cycle capital Management.

La journée sera clôturée par le Consul général des États-Unis à Montréal, Andrew C. Parker.

Les entrepreneurs pourront participer à des ateliers pratiques et à des discussions d’experts sur l’innovation et l’amélioration de la compétitivité, faire du réseautage avec des acheteurs et des partenaires potentiels et même bâtir des alliances stratégiques.